Lesplouenan, un manoir à la lisière de Plouenan
La Bretagne, pays des manoirs

Le Manoir est emblématique de la Bretagne et témoigne de l’importance de la petite et moyenne noblesse dans la région. On estime ainsi qu’il y a eu jusqu’à

12 000 manoirs en Bretagne. C’est au XVème et XVIème siècle que la plupart des manoirs sont sortis de terre, symboles de l’enrichissement d’un pays qui vivait alors son âge d’or.

 

Mais qu’est-ce qu’un manoir ? Ce qui le définit, ce n’est pas tant la demeure en elle-même que le statut de terre noble, exempte d’impôts, sur laquelle est implantée cette demeure. Cette terre noble peut-être soit une sieurie, soit une seigneurie. Dans ce dernier cas, la terre comporte un droit de justice.

 

En breton, ''Les'' peut signifier à la fois la cour (juridiction) et la lisière. Dans une paroisse, le village le plus éloigné du bourg se nomme souvent Les, suivi du nom de la paroisse, et dans ce cas, Les signifie lisière, frontière. Lesplouenan désignait donc le hameau à la lisière de la paroisse de Plouenan.
Pour le Manoir de Lesplouenan, les deux significations de Les sont encore plus liées, puisqu’en Bretagne le droit de justice est systématiquement associé à la propriété d’une seigneurerie. Le manoir était donc non seulement l’endroit où le Seigneur de Lesplouenan résidait mais également le lieu où il rendait la justice.

En 1663, Guy Le Rouge, Seigneur de Ruzunan, achète le manoir. Les archives du manoir comprennent une copie de cet acte d’acquêt, qui décrit les conditions de cette acquisition sur plus d’une centaine de pages. Les Le rouge de Ruzunan sont une très vielle famille bretonne, branche cousine des Le Rouge de Guerdavid. Le nom des Le Rouge remonte au XIVème siècle, et c’est vers 1513 qu’Olivier Le Rouge fonde la branche des Ruzunan.

 

En 1747, la famille défraie la chronique, puisque Louise Gabrielle Le Rouge, fille de Jean-Baptiste Le Rouge et de Suzanne Moll, souhaite épouser son cousin, l’écuyer François Huon, Sieur de Kerillio. C’est l’évêque du Léon en personne qui interviendra pour leur donner une dispense, appuyant sa décision sur « l’amitié sincère » qui lie le couple. Le mariage est célébré dans la chapelle du Manoir. Dans les années qui suivront, le manoir sera loué à des métayers par le frère de Louise Gabrielle puis par le fils de celui-ci. Les seigneurs décident de consacrer les nombreuses terres du manoir à la culture du lin, véritable or du Léon. Le Manoir restera dans la famille Le Rouge jusqu’au milieu des années 1950

Lesplouenan fut le berceau féodal de la famille de Lesplouenan, très ancienne famille bretonne, blasonnant d’argent à un arbre de sinople. Le nom des Lesplouenan se perdra cependant très vite dans l’histoire, et au XVème siècle, le fief entre par mariage dans la famille Pontantoull, blasonnant d’hermines à sautoir de gueules.

 

Leur blason est d’ailleurs toujours présent sur le pignon Ouest de la chapelle, gravé au-dessus de la porte. La lignée des Pontantoul s’éteint avant la fin du XVème, lorsque Marguerite, l’héritière du nom, entre dans la famille Kerouzéré. On perd alors la trace du manoir pour plusieurs années.

Lesplouenan, demeure des Le Rouge de Ruzunan
Les premiers habitants du Manoir

A la croisée de l'histoire et de l'architecture

 

Le Manoir de Lesplouenan est un authentique manoir breton, construit entre la fin du 15ème siècle, et le début du 16ème siècle. Lors de se rénovation et de la création des chambres d'hôtes, nous avons été attentifs à la préservation de ses caractéristiques architecturales, dont certaines sont particulièrement remarquables. 

 

Passionnés par l'histoire et l'architecture finistérienne, nous vous proposons de découvrir quelques éléments d'histoires, annecdotes et explications sur ce lieu magique !

 

Entre gothique et Renaissance Bretonne
La Tour, élément central du manoir breton

L’architecture du Manoir est particulièrement représentative des goûts architecturaux de l’époque, alors en pleine transition entre le style gothique et le style renaissance bretonne. La mode architecturale évolue très vite au XVIème, sous l’influence de l’Italie et du Roi de France François 1er marié à Claude, fille de la duchesse Anne. La Bretagne suit le mouvement, tout en conservant sa spécificité architecturale. La Renaissance y est mêlée de style gothique. Le monument le plus symbolique de cet art architectural est d’ailleurs le Château de Kerjean, situé à une vingtaine de minutes du manoir.

 

Un des premiers éléments révélateur de l’époque de construction du manoir est son plan en L, composé de deux corps de logis en équerre, avec à l’angle du bâtiment une tourelle d’escaliers. Ce type de plan se répand en Bretagne au début du XVIème siècle, et remplace peu à peu les plans en T, alors considéré comme archaïques et démodés. L'ensemble des bâtiments dessine le jardin intérieur avec les deux ailes du manoir, sa tour d’angle au sud, une dépendance avec atelier, écurie et cellier.

La tour  d’angle de style gothique, à 6 pans coupés, abrite un magnifique escalier à vis avec plafond à dalles rayonnantes. L’ouvrage est monumental, avec un rayon supérieur à 2 mètres. Très ajourée, la tour distribue tant l’espace que la lumière et détermine la circulation.

 

Le plan en L complique le service, qui nécessite deux passe-plats : le premier entre la cuisine et la tour et le second entre la tour et la salle basse. La présence d’un domestique au niveau de la tour est également indispensable pour assurer le service vers la salle basse ou vers les appartements privés à l’étage. Un passe-bouteilles à meneau entre la cuisine et le cellier en terre battue est également présent pour faciliter le service entre les pièces.

La chapelle du XVIème dédiée à Notre-Dame-de-Lesplouenan a été reconstruite en étant raccourcie en longueur en 1869, date portée sur la façade. La chapelle n'accueille plus les cultes, elle a perdu ses vitraux mais conserve un joli clocher du pur style Léonard.

 

L’autel a été déplacé en la chapelle ND de Kérellon à Plouénan, sur le chemin du Tro Breizh. L’écusson des Pontantoul propriétaires au XVIème Siècle en orne encore le pignon ouest. Il est surmonté de la devise: "Non Force". Sur la porte latérale Sud, trois écussons frustres sont presque effacés.

L'entrée principale du manoir avec sa porte cintrée est ornée de deux pilastres en granit, signe de la noblesse du lieu. A droite une fenêtre à meneau complète ce tableau. L'intérieur est à l'unisson avec des cheminées monumentales, une collection de portes cintrées, de nombreuses fenêtres voûtées et un magnifique empoutrellement.

 

Au rez-de-chaussée du bâtiment principal se trouve une première salle de réception (salle basse), la cuisine médiévale avec son immense cheminée ses passe-plats, son saloir, son oratoire ogival et son passe-bouteilles. A gauche, l’ancien cellier est devenu bureau salon bibliothèque. L'aile droite du manoir en longère accueille aujourd’hui les chambres d'hôtes. Elle comprend la salle des carrosses devenue salle des petits déjeuners - séjour avec espace cuisine, quatre chambres de grand confort avec salles de bains privés

La Chapelle Notre-Dame de Lesplouenan
Des éléments archirtecturaux remarquables

Contact :

Manoir de Lesplouenan

29420 Plouenan

France

Téléphone : +33(0)2.98.29.65.26
Mobile : +33 (0)6.74.58.55.23
Email : manoir-lesplouenan@orange.fr
GPS : latitude : 48°38'45.41"N, longitude : 3°58'54.63"O
 
Chambres d'hôtes entre Roscoff et Carantec - Bretagne-Finistère -Saint-Pol-de-Léon - Morlaix